PREMIERE VISITE CHEZ L’OPHTALMO

Quand et pourquoi consulter pour ses petits yeux ?

Les yeux d’un enfant font l’objet d’une surveillance régulière lors des visites chez le pédiatre prévues dans le carnet de santé : à sa naissance, au 8e jour, à ses 2 mois, 4 mois, 9 mois, 2 ans, 3 ans, 4 ans, entre ses 6 et 8 ans, ses 10 et 13 ans et ses 14 et 18 ans. Si le médecin détecte une anomalie ou préfère s’en remettre à un spécialiste, il oriente les parents vers un ophtalmologiste. Dans tous les cas, même si rien n’est obligatoire, il est vivement conseillé de prendre rendez-vous chez un expert au moins une fois avant l’âge de 3-4 ans. 

En effet, pris en charge avant 4 ans, la plupart des troubles se résorbent à 100 % alors qu’après, les chances de récupérer diminuent avec les années, encore plus sensiblement après 6 ans. Il faut donc dépister les défauts optiques (myopie, astigmatisme, hypermétropie), le strabisme et les troubles anatomiques (la cataracte par exemple) le plus tôt possible. Ils se règlent en portant des lunettes correctrices, éventuellement un cache sur le « meilleur œil » pour rétablir une bonne vision de l’autre, des séances de rééducation chez l’orthoptiste ou plus rarement une opération. Non soignés, ces troubles peuvent avoir une conséquence grave : l’amblyopie, un défaut de développement des voies visuelles entre l’œil et le cerveau. Résultat : une vision plus faible de l’œil touché.  

Certains signes d’alerte doivent aussi pousser les parents à consulter au plus vite un ophtalmo en dehors de ces séances : l’enfant se frotte les yeux, penche anormalement la tête, se cogne souvent, cligne fréquemment des yeux et fronce les sourcils, est gêné par la lumière, a subi un traumatisme (accident domestique, projectile dans l’œil), sa pupille est blanche, ses yeux sont rouges ou douloureux, ils restent fixes, errent, larmoient. Et à plus de 3 mois, bébé louche ou ne suit pas les mouvements avec ses yeux. Enfin, les petits nés en avance requièrent une surveillance accrue car ils peuvent souffrir d’une pathologie spécifique : la rétinopathie des prématurés. 

 

Une séance rapide et plutôt ludique

Pas d’inquiétude, la visite chez l’ophtalmo se déroule généralement sans trop de cris et de pleurs. En effet, le médecin ne procède à aucune manipulation, piqûre ou soin douloureux, un parent reste présent, les petits bouts peuvent même s’asseoir sur leurs genoux pendant l’examen et la séance ne dure que 10 minutes environ. Les bébés vraiment trop agités pourront aussi retourner en salle d’attente se calmer ou boire un biberon.

Le rendez-vous commence par un interrogatoire des parents destiné à déceler d’éventuels antécédents familiaux. En effet, nombre de troubles visuels sont héréditaires. Le père, la mère et les frères et sœurs de l’enfant portent-ils des lunettes ou des lentilles ? Présentent-ils des problèmes ophtalmologiques particuliers (strabisme, glaucome…) ? Comment se sont déroulés la grossesse et l’accouchement ? Existe-t-il des signes d’alerte ?

Le spécialiste passe ensuite à l’examen clinique de votre petit :

- Il teste le réflexe de rétrécissement de la pupille en projetant une petite lumière dans ses mirettes. Il recherche la présence d’un strabisme.

- Il vérifie le bon fonctionnement de chaque œil en cachant l’un, puis l’autre et en observant la réaction de l’enfant.

- Il présente un objet coloré (dessin, doudou…) à son petit patient pour savoir s’il réagit et suit des yeux les mouvements. Il en profite pour tester la mobilité de l’œil (droite/gauche et bas/haut et inversement).

 

- Il détecte d’éventuelles anomalies de la cornée et du cristallin au microscope ou avec une loupiote et apprécie la taille des globes oculaires.

Après 3 ans seulement, il mesurera l’acuité visuelle de loin et de près et la perception du relief. 

En cas de problème détecté de signe d’alerte avéré ou de gros antécédents familiaux (ou systématiquement d’emblée selon les ophtalmologistes), l’ophtalmologiste prévoit une deuxième séance au cours de laquelle il prendra des mesures du défaut optique et analysera la rétine grâce à un « fond d’œil ». Il faudra alors administrer quelques gouttes de collyre à votre enfant pour dilater et « relacher » ses yeux chaque jour de la semaine précédant le rendez-vous ou juste avant, selon les cas.